Webdoc - Le foot des filles (WIP)

 
 
 

Le foot
des filles*

Un sport de garçons, le foot ? C’est ce que certains s’entêtent à croire… Ici, on va vous démontrer que “le foot des filles” mérite largement sa place sur le terrain !

* Pourquoi "Le foot des filles" ? Parce que c'est comme ça que les filles rencontrées à l'académie Marinette Pichon l'appelaient !

Scroll

Le football féminin
en chiffres

De l’interdiction du football faite aux femmes dans les années 40 (en France mais pas seulement) au Mondial 2019, le football féminin fait, envers et contre tout, son chemin. Retour sur les principales dates qui ont marqué son histoire.

Joueuse foot

Les dates marquantes

Rencontres masculinesRencontres féminines
  • 1872Première rencontre internationale non reconnue par la FIFA
  • 1881Première rencontre internationale non reconnue par la FIFA
  • 1930Première édition de la Coupe du monde de la FIFA
  • 1941Le gouvernement de Vichy « interdit vigoureusement » la pratique du football féminin
  • 1956Premier ballon d’or France Football
  • 1969
    1970
    Le football féminin est reconnu par les fédérations française, anglaise et allemande
  • 1971Premier match officiel de l’équipe de France féminine
  • 1984Premier championnat d’Europe féminin
  • 1991Première édition de la Coupe du monde de la FIFA
  • 2001Premier championnat féminin professionnel, aux Etats-Unis
  • 2001Création de la Ligue des champions féminine
  • 2018Premier ballon d’or féminin France Football
  • Aujourd'huiLe football féminin doit encore se pratiquer clandestinement dans certains pays. Quant à assister à un match, cela reste également un interdit pour de nombreuses femmes.

Le foot féminin sur les réseaux sociaux

  • 0

    followers Coupe de la FIFA contre 7 130 293 pour l’édition masculine

  • 0

    followers Coupe de la FIFA contre 45 000 000 pour l’édition masculine

  • 0

    de vues sur la chaîne YouTube de la FIFA en juin 2015 au Canada contre 19 000 000 pendant la Coupe du Monde de la FIFA en 2014 au Brésil

Sources : UNESCO - rapport 2019

L’évolution du football féminin

1 milliard

de téléspectateurs en 2019 (plates-formes numériques comprises), contre 850 millions pour le dernier Mondial, en 2015 au Canada. En Russie en 2018, lors de la Coupe du monde masculine, ils étaient 3,572 milliards.

30 millions

de dollars, c'est le montant des primes accordées aux joueuses par la FIFA. Ce chiffre a doublé depuis la dernière compétition en 2015. Il reste néanmoins éloigné des primes versées aux hommes : 400 millions de dollars en 2018.

180 000

licenciées en 2019 contre 51 000 en 2011. Et 35 000 dirigeantes en 2019 contre 26 000 en 2011.

L’équipement de football féminin

Développer des équipements sportifs spécialement pour les femmes n’est pas un prétexte marketing ! Le corps d’une femme ne réagit pas de la même façon que celui d’un homme.

La différence homme femme, dans le sport, ça compte !

 
Quand est sortie la première chaussure de football Decathlon conçue pour la femme ?

Des joueuses de football

Qui sont ces femmes qui ont fait du football leur sport préféré ?
On part à leur rencontre !

 
Couvertures

Pour aller plus loin

Envie d’en savoir plus ? D’être au taquet sur le sujet du foot féminin, et, plus largement, sur le sport au féminin ?

Retrouvez quelques idées de -saines- occupations

La réponse des filles

Les premières concernées prennent la parole pour répondre aux clichés… et le moins qu’on puisse dire, c’est que leur avis est bien tranché !

L'égalité femme-homme gagne du terrain

Sports « masculins » et sports « féminins » : on fait le point sur les clichés

 
D'après vous, en quelle année a eu lieu la première Coupe du monde féminine de football ?

La réponse du leader de Kipsta

Kipsta est la marque du football à 11 chez Decathlon. Et Frédéric l’avoue humblement : jusqu’ici, alors même que la marque pensait répondre à un certain nombre d’attentes, elle s’est rendue compte que ce n’était peut-être pas tout à fait le cas…

Frédéric Boistard, leader de la marque Kipsta, nous parle des collections femme

L’équipement de football féminin chez Decathlon

Analyse du pied, étude des différences physiologiques hommes-femmes, tests, ajustements, nouveaux tests… Chez Decathlon, c’est KIpsta qui est à la manoeuvre. Et qui vous explique tout.

Prenons par exemple le pied : celui des femmes est plus fin et creux que celui des hommes, la voûte plantaire est de fait plus marquée. Il est donc indispensable pour les femmes, lorsqu’elles font du sport, de bénéficier d’un chaussant plus souple et qui maintienne parfaitement le pied.

Découvrez la conception d'une chaussure Decathlon

Footballeuses, oui, mais decathloniennes aussi

Attaque, défense…mais aussi en logistique ou en magasin… Comment font ces joueuses de football chez Decathlon ?

 

Equipe projet/production

  • BérangèreBérangère Deschamps
    Sublime vos lorem ipsum
  • ChristopheChristophe Dewitte
    Un oeil dans le boîtier, l’autre sur le devis
  • BaptisteBaptiste Mellet
    La vidéo en long (et en large)

Sponsor

  • Marie de Smedt

Rédaction

  • Coralie Barrois
  • Sylvia Flahaut

Images vidéos

  • Paul Mauroy
  • Roadfilms - Brazil
  • Tamara Skate Import Production - Agadir
  • Welldone Production - Shanghai

Montage vidéo

  • Gregory Duwat
  • Roadfilms - Brazil
  • Tamara Skate Import Production - Agadir
  • Welldone Production - Shanghai

Photographes

  • Jose Coello
  • Marine Isidor
  • Pierre Desrumeaux
  • Sindy Thomas

Développement
& graphismes

Autres graphismes

Musique

  • On my way - Tom Goldstein
  • Sunny day - Stanley Gurvich
  • Class A - Curtis Cole

Voix off

  • Lylo media group

Remerciements & vidéos

  • Andy Gallego
  • Anne-Justine Fatoux
  • Anne-Sophie Pannier
  • Benjamin Magras
  • Camélia Kaci
  • Cecilia Juric
  • Charles Lecru
  • Elise Halluin
  • Frédéric Boistard
  • Henrique Cruz
  • Henrique Martins
  • Imane Saribou
  • Ivaneide Sylva
  • Joel Barth
  • Jonathan Maffe
  • Julie Duserre
  • Justine Paul
  • Manon Garcia
  • Marie de Smedt
  • Marinette Pichon
  • Markus Hauer
  • Martin Mahieux
  • Matthieu Chatelain
  • Nina Wood
  • Sabrina Cherabli
  • Sébastien Dulongcourty (VAFF)
  • Séverine Logez
  • Sofiane Boumezbar
  • Stéphane Clerc
  • Thomas Schouteeten
  • Tina Jiang
  • Virginie Couillard
  • Xavier Rivoire
  • Yi Mu Chen
  • Zohra Ayachi
  • Kipsta
  • L’équipe logistique de Dourges
  • Le Villeneuve d’Ascq Foot Féminin
  • Les filles et les coachs de l’académie de Marinette Pichon

 
 

Pas pour les filles, le football ? Un cliché pas sans conséquences

 

Vous vous dites que le parallèle entre la place de la femme dans la société et au milieu d’un terrain est un peu facile ? Sans doute, mais plutôt pertinent en réalité. Car il ne faut pas croire que les joueuses de football étaient légitimes lorsqu’elles ont commencé à taper dans le ballon rond au début du vingtième siècle. Pas plus que celles qui réclamaient le droit de vote en France quasiment à la même période…

Le “foot des filles”, il part de loin !

Sur la question sportive, certains arbitres - on comprend d'ailleurs assez mal qu’ils aient accepté de juger les rencontres de l’époque -, n’hésitaient pas à conseiller aux joueuses de regagner leurs casseroles et leur plumeau, tout ceci leur apparaissant comme une vaste blague. On partait quand même de loin... Même si le football féminin gagne aujourd’hui encore, peu à peu, ses lettres de noblesses, les préjugés ont la dent dure et certains ne reconnaissent pas encore la discipline en tant que telle, considérant qu’un “football légitime”, c’est un football pratiqué par des hommes.

Mais depuis la première Coupe du Monde féminine organisée par la FIFA en 1991 et les récentes compétitions internationales, le niveau des équipes a gagné en technicité et en homogénéité. Une évolution parmi d'autres qui déjoue - et on s’en félicite -, les idées reçues !

Dans un rapport récent, l’UNESCO assure que “l’impact positif que le sport peut avoir sur l’émancipation des jeunes filles et des femmes est démontré depuis plusieurs décennies1. La FIFA et nombre d'États semblent convaincus par la féminisation de la discipline, qui pourrait, à terme, devenir porteuse d’une émancipation plus large des femmes. D’ici 2026, la fédération internationale souhaite à ce titre doubler le nombre de ses licenciées, pour passer à 60 millions2, tandis que de plus en plus d’établissements scolaires n’hésitent plus à faire figurer le football au programme des séances d’éducation physique et sportive des plus jeunes.

1Quand le football s’accorde au féminin, publié en 2019 par l’Organisation de Nations Unies pour l’éducation, la science et culture.

2Comme annoncé dès 2016 dans sa feuille de route FIFA 2.0: The vision for the future.

Le “foot des filles”, il part de loin !

La question de la féminisation du football, un enjeu de taille et symbolique d’un défi capital

Au sein de la société, décennie après décennie, les femmes ont ouvert des portes qui les ont menées vers l’obtention de certains droits. Si des inégalités demeurent encore aujourd’hui, l’espace des différences avec la gent masculine s’est considérablement restreint. Sur le terrain, à coup de passes, dribbles et buts, les joueuses ont elles aussi prouvé qu’elles avaient des qualités physiques en adéquation avec la pratique sportive et que mettre en place une stratégie d’équipe était loin de leur poser problème !

Le nombre de licenciées dans la discipline est en constante augmentation depuis plusieurs années, et on peut s’en réjouir. Mais, comme le souligne le rapport de l’UNESCO, le football féminin souffre encore d’un manque de moyens et de médiatisation, “clé de voûte du développement de la féminisation du football, ayant un impact à la fois sur l’accroissement du nombre de femmes investies, sur la représentation sociale de ce sport, mais également sur l’image que l’on renvoie des femmes.”

Cependant, les choses évoluent. Sans doute trop lentement du point de vue de certains, à l’image de l’évolution de la place de la femme dans certaines sociétés. Mais peu à peu, grâce à leur talent et leur pugnacité sur le terrain -et non pas de beaux discours-, les joueuses font la peau aux clichés et apportent leur pierre à un mouvement égalitaire beaucoup plus large.

La Football Académie de Marinette Pichon, l’égalité femme-homme gagne du terrain

 

« Le football c’est pas un sport de fille ! », « Les garçons sont meilleurs »... Comme dans beaucoup de sports identifiés comme « masculins », les stéréotypes sexués ne sont pas en reste dans le football féminin. Nous avons décidé de descendre sur le terrain auprès de principales intéressées pour leur demander leur avis. Nous nous sommes aussi intéressés à la Football Académie créé par la footballeuse d’exception Marinette Pichon qui œuvre grandement pour l’épanouissement des footballeuses en herbe et plus largement, pour l’égalité femme-homme dans l’univers du sport.

Le poids des stéréotypes
On ne peut le nier, dans le domaine sportif, la dimension physique et corporelle des hommes et des femmes prend une intensité encore plus forte que dans la vie en générale. Résultat : l’analyse des disciplines les plus pratiquées par les hommes et par les femmes mène le plus souvent à une démonstration assez caricaturale.
Pourtant on constate que ces stéréotypes peuvent varier dans le temps et aussi selon les pays. Ainsi alors qu’en Europe, le football est perçu comme un sport très masculin, aux Etats-Unis, il est considéré comme un sport « féminin ».
Métaboliquement, aucun sport n’est interdit aux femmes pour des raisons physiques et musculaires. L’enjeu n’est pas de nier ces particularités physiques ou biologiques bien réelles de l’un et l’autre des 2 sexes mais plutôt d’œuvrer pour qu’elles soient acceptées et prises en compte par tous. D’autant que biologiquement, les femmes peuvent prendre l’avantage. Ainsi une étude menée par l’INSEP (Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance) sur le sujet de « la récupération chez la femme sportive » démontre que les femmes récupèrent plus vite et plus facilement que les hommes à la suite d’un entraînement de longue durée.
Et si on regardait du côté du football pratiqué par les femmes justement ?

Et si on regardait du côté du football pratiqué par les femmes justement ?

L’ADN du football féminin
Séduisant. Voilà le mot qui vient à l’esprit lorsque l’on regarde un match de football féminin. Le jeu est plus collectif que sa version masculine, l’équipe de joueuses apparaît soudée et solide, les footballeuses semblent jouer davantage ensemble. Passes et occasions se multiplient sur le terrain pour le plus grand plaisir des spectateurs. De l’avis même de nos jeunes footballeuses qui disent que « le jeu des garçons est plus technique et plus rapide tandis que celui des filles est plus réfléchi ».
Autre point positif : le fair-play qui coule dans les veines de ces joueuses passionnées. Le football féminin bénéficie dès lors d’une image très positive à l’instar de ses joueuses pour qui l’entraide, la solidarité et la bonne entente ne sont pas que des valeurs mais bien des réalités sur le terrain.

Le football, pas un sport de filles ?« Ça me fait rire », « il y a des stages », « on a des équipes de haut niveau et des grands clubs féminins », « comme pour tous les sports, c’est accessible à tout le monde »...Voilà ce que répondent les apprenties footballeuses au cliché « le football, c’est pas un sport de filles. » Elles vont même plus loin en argumentant que le mix filles-garçons sur le terrain est bénéfique et crée une -saine- compétition. On les critique d’avoir choisi ce sport ? Elles rétorquent « je m’en fous », « on fait ça pour nous », « va regarder la coupe du monde de foot féminin » ou bien encore laissent parler leur cœur avec un « c’est la vie le foot, faut faire du foot dans la vie ! » Et ce n’est pas Marinette Pichon, la pionnière du football féminin qui dira le contraire !

La football Académie : découvrir les joies et les valeurs du foot féminin dès le plus jeune âge
A l’âge de 5 ans, Marinette découvre le football à Brienne-le-Château, dans l’Aube. Et depuis sa passion ne l’a jamais quittée. Love at first sight1, comme on dit. 81 buts. 112 sélections en équipe de France. 2 saisons US. 1 trophée de meilleure buteuse en 2005 avec 38 buts. Voici son palmarès à faire pâlir d’envie.

Aujourd’hui, à travers sa Football Académie, elle œuvre pour permettre à des jeunes filles de découvrir le football. Forte de sa passion et de son expérience, la footballeuse d’exception a en effet lancé, en 2018, ce camp de foot 100% féminin dont la mission est de promouvoir et de développer le football féminin par l'organisation d'événements qui rassemblent des jeunes joueuses, des entraîneurs et des dirigeants.
6 jours en immersion dans la planète foot pour des jeunes filles de 9 à 17 ans, voilà le programme. A travers ce stage, les heureuses participantes se familiarisent avec les notions tactiques essentielles ou bien encore se préparent mentalement (gestion du stress, amélioration de la concentration...) par des séances à la fois ludiques et exigeantes à l’image de la pratique d’un sport à haut niveau.

Et grâce à la belle visibilité dont bénéficie Marinette, la Football Académie rayonne et permet à la championne de mettre en lumière le football féminin et de poursuivre son combat pour l’égalité femme-homme dans le sport.

1Coup de foudre au premier regard

La football Académie

Pourquoi ce webdoc a-t-il vu le jour ?

“Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et, ne craignons pas d’ajouter, incorrecte.”

Ça vous choque ? Nous aussi. Et bien cette phrase, elle est de Pierre de Coubertin. Oui, on parle bien de celui qui a ressuscité les Jeux Olympiques… modernes. Enfin, peut-être pas si modernes que ça d’ailleurs.

 

Le sport, pour un aperçu des avancées d’une société

Ce qu’il en reste, c’est que le “sport au féminin”, et la façon dont il est perçu, reste un bon indicateur de la place de la femme dans la société. Et si l’ouverture des JO aux femmes, en 1900 seulement, semble déjà loin, si la dernière Coupe du Monde féminine de football a démontré que les femmes pouvaient aussi produire du beau jeu, des rechutes restent encore trop fréquentes.

On pense au refus de la tenue de Serena Williams en 2018 à Roland Garros (“Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin” avait alors déclaré Bernard Giudicelli, le président de la Fédération Française de Tennis. Les joueuses doivent donc être en robe courte pour que les spectateurs puissent profiter du stade ?).

On pense aussi à cette campagne Les Missyclettes lancée en juillet 2019 et bourrée de clichés sexistes, la marque étant censée refléter « la femme dans toute sa dimension fragile et combative en quête de nouveaux défis », comme l’indiquait l’un de leur support plaquette de promotion. Rapidement supprimée du site de la FFC, cette campagne utilisait d’ailleurs comme visuels… des princesses Disney.

On pense également à la championne sud-africaine Caster Semenya, interdite de Mondiaux d’athlétisme 2019 en raison de son hyperandrogénie.

Et même sans parler de performances ou de sport professionnel, les petites filles n’accédant pas si facilement que ça à un terrain de foot par exemple se trouvent sans avoir besoin de chercher trop loin.

Le foot au féminin, justement, parlons-en !

Les terrains de foot, comme l’écrit le rapport UNESCO Quand le football s’accorde au féminin publié en 2019, “portent encore en eux (...) deux dimensions” : ils véhiculent des valeurs “telles que la tolérance, l’honnêteté et la solidarité. (...) Mais (...) il peut parfois être également le terreau de comportements peu reluisants, qui engendrent la division, la discrimination et l’intolérance”.

Et c’est là que nous nous sommes dit que, peut-être, ce serait un sujet bien intéressant à creuser. Vous l’aurez compris, notre choix n’est pas tout à fait innocent. Nous allons essayer de dépasser les données chiffrées, de pousser à la réflexion sur la place des femmes dans le football. Parce que ce qui est sûr, c’est que le football dispose d’un fort pouvoir sociétal. Que l’enjeu de féminisation du football dépasse le cadre sportif.

C’est donc entre clichés, histoire du football au féminin et conception de chaussures faites pour les femmes que vous naviguerez. Et on espère que cette immersion vous plaira autant qu’à nous !

Ça commence juste ici, et on va parler clichés !

En savoir plus sur le sport au féminin

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie d’en savoir plus ? D’aller plus loin ? D’être au taquet sur le sujet du foot féminin, et, plus largement, sur le sport au féminin ? Retrouvez quelques idées de -saines- occupations par ici...

 

à lire

Pas pour les filles ?- Melissa Plaza - Editions Robert Laffont

À huit ans déjà, Mélissa en est convaincue : c'est le football qui la sauvera. Le ballon rond sera pour elle le moyen de s'émanciper d'un contexte familial instable et violent. Bien qu'on lui répète que "le foot, c'est pas pour les filles”, elle ne veut rien entendre. Dès qu'elle le peut, elle s'entraîne. À quinze ans, elle fait ses premiers pas en D1 et, à dix-neuf, intègre l'équipe de France des moins de vingt ans. Elle participe ainsi à sa première Coupe du monde et jouera dans deux des plus grands clubs français : Montpellier et l'Olympique lyonnais.

Cette consécration ne lui suffit pourtant pas. Très vite, la jeune sportive relève un second défi : devenir la première footballeuse professionnelle à obtenir un doctorat en parallèle de sa carrière. Son sujet ? Les stéréotypes de genre dans le sport, une thématique qu'elle ne connaît que trop bien !

Après avoir dû raccrocher les crampons de manière aussi brutale qu'inattendue, Mélissa Plaza s'engage aujourd'hui pour faire bouger les mentalités. Elle intervient sur tous les terrains – à l'école, dans les clubs, en entreprise – pour battre en brèche les clichés les plus tenaces, s'en affranchir et permettre à chacune et chacun de conquérir sa liberté.

Melissa Plaza : Pas pour les filles

Ne jamais rien lâcher - Marinette Pichon et Fabien Levêque - First editions

Première française à être passée professionnelle, joueuse internationale A dès 1994, Marinette est la meilleure buteuse de l'histoire de l'équipe de France avec un record toujours inégalé de 81 buts en 112 sélections. Connue en France pour être la "Zidane du football féminin", Marinette est aussi une star aux Etats-Unis où elle a accompli une partie de sa carrière avec les équipes du Charge de Philadelphie et des Wildcats du New Jersey. En 2003, elle est même reconnue comme la meilleure joueuse de la prestigieuse ligue professionnelle américaine, la WUSA (Women's United Soccer Organization).

En bref, Marinette Pichon est une icône du football féminin. Dans ce livre d'une vie, – écrit avec la participation de Fabien Lévêque –, elle revient sur son parcours de pionnière et son destin hors-norme. Car si son talent sportif n'a fait aucun doute dès son plus jeune âge, Marinette a dû se battre pour parvenir au sommet et se faire accepter, tant sur le terrain que dans la vie.

Préface de Brigitte Henriques, vice-présidente de la Fédération française de football.

Ne jamais rien lâcher - Marinette Pichon et Fabien Levêque - First editions

Football féminin : La Femme est l'Avenir du Foot - Audrey Keysers et Maguy Nestoret Ontanon - Le bord de l’eau Editions

Plus d'un siècle après la première participation des femmes aux Jeux Olympiques, le refus de plusieurs pays de faire concourir des femmes pose une nouvelle fois à Londres, la question de la discrimination liée au sexe. Le combat pour faire respecter la Charte olympique et ses principes d'égalité des sexes et de neutralité est toujours d'actualité. Il aura aussi fallu attendre plus d'un siècle après les premiers Jeux Olympiques ouverts aux femmes pour que l'équipe de France féminine de football soit enfin représentée dans cette compétition planétaire. En 2012, c'est une inégalité plus insidieuse qui amène les auteures à interroger : alors que les footballeuses françaises obtiennent leurs meilleurs résultats en Ligue des Champions et à la Coupe du Monde, l'engouement suscité n'est pas à la hauteur de leurs performances. Pourquoi ?

C'est ce qu'elles ont demandé à celles et ceux qui oeuvrent pour la promotion du football féminin et d'un football non sexiste. Convaincues que le sexisme dans le football révélait et reproduisait les préjugés et stéréotypes qui persistent dans toutes les sphères de la société, elles ont formulé des propositions pour un football plus mixte et plus universel. Défendre le football féminin et le sport féminin en général, c'est faire progresser l'égalité auprès de milliers de supporters, de millions de téléspectateurs. C'est formuler le voeu que les Français puissent se retrouver tous ensemble derrière une équipe de femmes, aussi bien que derrière une équipe d'hommes. C'est aussi promouvoir une autre vision de la société.

Football féminin : La Femme est l'Avenir du Foot

Croire en ses rêves ! Le journal d'une championne - Amandine Henry, Sophie Nanteuil, Aveline Stokart - Editions Reagot

Dans son journal, Amandine Henry raconte ses rêves de petite fille attirée par le football, depuis son inscription en club dans une équipe mixte à l’âge de 5 ans jusqu’au centre de formation de Clairefontaine. Passée professionnelle, grâce à son talent et ses efforts, elle s’imposera en club et en équipe de France, avant de décrocher les plus belles victoires. Mais au prix de quels choix et de quels sacrifices ?
Un roman junior : accessible dès 9 ans !

Croire en ses rêves ! Le journal d'une championne

à voir

WHAT THE FOOT?!
Le collectif HUMA regroupe des photographes qui réalisent régulièrement des reportages en relation avec les domaines de l’insertion sociale, de l’aide humanitaire, l’éducation… Leur truc en plus ? Traquer la joie et le bonheur là où ils surgissent, parce qu’ils sont “persuadés que notre monde a besoin d’optimisme pour devenir meilleur.”

WHAT THE FOOT?! donne la parole aux millions de femmes qui jouent au foot à travers le monde. Elles jouent de Bruxelles à Téhéran, de Buenos Aires à Amman, en passant par Paris et Abidjan… mais restent néanmoins peu visibles au sein du sport le plus populaire de la planète. Les photos nous emmènent dans un tour du monde : joueuses, coachs, supportrices, arbitres, journalistes… toutes illustrent avec bonheur la passion du jeu.

Collectif Huma photographie

Dans la peau d’une supportrice de foot en Iran… Le combat de Zeinab, 23 ans

Plus de 140 000 abonnés sur Instagram. A 23 ans, Zeinab Sahafi milite sur les réseaux pour qu’en Iran, les femmes puissent assister à TOUS les matchs de foot, et pas seulement à titre exceptionnel comme le 10 octobre 2019. Et son combat n’est pas sans risque. Exilée en Turquie pour éviter la prison, celle qui se déguisait en homme pour entrer dans les stades, n’a pu assister à ce match historique Iran-Cambodge. Pour la première fois depuis 40 ans et le début de la révolution islamique, près de 4000 femmes ont pu acheter leurs billets. Mais pour l’instant, cette décision, prise sous la pression de la fifa, ne vaut que pour cette rencontre. En effet, aucune nouvelle date n’est programmée. Et si ce n’était qu’un coup de com ? Le combat de Zeinab ne fait que commencer… Un récit de Guillaume Papin, avec le concours de Stéphane Saporito de la RTS (Radio Télévision Suisse).

Le sport féminin, c'est quoi ? Et bien nous sommes d'accord, c'est du sport. Point.

Il ne faut pour autant pas en oublier certaines particularités : des coupes de vêtements plus cintrées ou encore un régime alimentaire approprié.

Pour voir notre dossier sur le sport au féminin, c'est par ici

Le football et les femmes, c’est une histoire d’amour de plus en plus forte. Elles sont en effet toujours plus nombreuses à le suivre et le pratiquer. Retrouvez ici quelques infos et conseils sur le football féminin.

Pour lire les conseils de Kipsta sur le foot au féminin, c'est par là

Zoom sur les équipements conçus pour les femmes

 

Développer des équipements sportifs spécialement pour les femmes n’est pas un prétexte marketing ! Le corps d’une femme ne réagit pas de la même façon que celui d’un homme. C’est pourquoi il est essentiel d’offrir aux femmes des vêtements et produits spécialement conçus pour elles pour leur permettre de pratiquer leurs sports préférés dans les meilleures conditions. Car que l’on soit homme ou femme, porter un vêtement adapté à ses propres caractéristiques aide à progresser, à se sentir bien et à prendre encore plus de plaisir et ce, quel que soit le niveau et le sport pratiqué.

La différence homme femme, dans la pratique du sport, ça compte !

Même si la pratique féminine sportive a gagné du terrain, les femmes restent minoritaires dans le cadre de fédérations et ont tendance à s’orienter vers des disciplines considérées, à priori, comme plus féminines... des réalités qui montrent que des efforts restent encore à faire pour atteindre l’égalité des genres ! Pour autant, il existe un aspect du domaine sportif pour lequel faire la différence homme-femme a du sens : celui de l’équipement de sport.
Dans un contexte sportif, les spécificités du corps de la femme, et ses réactions dans l’effort, sont bien moins connues et prises en compte que celles de son homologue masculin !

Scanner

Pourtant ces différences morphologiques et physiologiques sont bien réelles et ont un impact direct sur sa pratique sportive.
Ainsi, on observe par exemple que les femmes ne sont pas sujettes aux mêmes blessures que les hommes. Cette différence s’explique par le fait que la morphologie féminine est différente de celle des hommes aussi bien dans sa composition que dans sa répartition des masses graisseuses et musculaires.

Prenons par exemple le pied : celui des femmes est plus fin et creux que celui des hommes, la voûte plantaire est de fait plus marquée. Il est donc indispensable pour les femmes, lorsqu’elles font du sport, de bénéficier d’un chaussant plus souple et qui maintienne parfaitement le pied. Il en est de même pour la poitrine : les seins ne contiennent pas de muscles, un bon maintien est donc primordial pour pratiquer en toute sécurité !

Une transpiration importante ? Ça fait suer !

Côté sudation, même combat ! Femme et homme ne sont pas égaux face au phénomène de transpiration. Durant la période de menstruation, les modifications hormonales entraînent une transpiration plus importante. Un phénomène physiologique normal qui peut entraver la pratique sportive féminine. C’est pourquoi pour ne plus avoir à y penser et se concentrer uniquement sur sa séance de sport (et non sur ses dessous de bras et d’éventuelle auréoles), il est essentiel de se tourner vers des vêtements aux matières respirantes qui évacuent la transpiration et apportent plus de confort. Un conseil mesdames : privilégiez les matières polyester plutôt que le coton.

Scanner

Sensibilité = Thermal sensitivity to warmth during rest and exercise: a sex comparison. Eur J Appl Physiol. 2014, 114(7):1451-62, Gerrett N, Ouzzahra Y, Coleby S, Hobbs S, Redortier B, Voelcker T, Havenith G.

Les femmes plus frileuses ? C’est prouvé !

En situation active ou de détente, les femmes sont plus sensibles à un stimulus froid que les hommes. Des expériences réalisées sur des sujets féminins ont en effet mis en évidence que les distributions de sensibilité sont différentes entre hommes et femmes, notamment au niveau du dos et du haut des bras.

Prenons un exemple : une femme et un homme prennent le départ d’une course. Devinez qui a la température la plus froide après 40 minutes d’effort ? Madame avec une température inférieure de - 2°C par rapport à celle de l’homme notamment sur les cuisses et haut des bras. D’où l’intérêt d’adopter des vêtements spéciaux qui réchauffent le corps et atténue la fatigue musculaire, après l'effort.

Scanner

Les limites ? Elles sont faites pour être dépassées.

Libérer ses mouvements grâce à des vêtements qui se font oublier, confortables, à la coupe parfaite pour sa morphologie et adaptés à sa pratique sportive, voilà le souhait de tout sportif. Une garde-robe de sport digne de ce nom doit s’adapter à l’intensité de l’activité physique et aux spécificités morphologiques et non l’inverse. Les équipements de sport développés pour les femmes n’échappent pas à la règle. Que ce soit pour courir en salle ou en extérieur, pratiquer des sports collectifs ou suivre son propre entraînement individuel, une tenue de sport doit permettre à chaque femme de se sentir bien, belle, à l’aise et de réaliser un entraînement aussi long et intense qu’elle le souhaite.
De plus en plus de vêtements conçus pour les femmes intègrent des technologies innovantes qui améliorent l’expérience sportive : matières innovantes et respirantes qui débarrassent de l’humidité, maillages spéciaux qui gardent au frais... Une bonne nouvelle pour dépasser ses propres limites !

Les équipements sportifs pour les femmes, le début d’un beau challenge...

Vous l’aurez compris, en développant des produits spécialement pour les femmes, équipementiers sportifs essayent de réduire au maximum les facteurs de risques afin de protéger au mieux les sportives. Et parce que les femmes sont de plus en plus nombreuses à pratiquer une activité physique, parce qu'elles deviennent de plus en plus médiatisées sur les événements sportifs, parce qu’elles sont de plus en plus nombreuses à vouloir intégrer le sport dans leur vie quotidienne... ce marché est en pleine expansion. Un beau challenge et une chance inouïe pour les concepteurs de cet univers de trouver les meilleures innovations pour répondre aux attentes et aux envies des sportives du monde entier.

Toutes les informations développées ci-dessous s’appuient sur les études du SportsLab de Decathlon, le centre de recherche interne qui, depuis 1997, étudie la pratique sportive des femmes et des hommes, conçoit et optimise leurs équipements pour fournir toujours plus de confort, de plaisir et de sécurité.

Frédéric Boistard, leader de la marque Kipsta, nous parle des collections femme

 

Première étape : recruter une cheffe de produit, qui au contact des footballeuses, s’est attelée à répondre à leurs attentes.

Et par quoi Kipsta a commencé pour développer des collections femme ?
Côté développement produit, le premier axe de travail a été celui du textile. L’idée : ne pas se contenter de décliner des produits hommes, mais concevoir un produit pensé pour une morphologie féminine.
Ensuite, place à la chaussure !
Grâce à la R&D de Decathlon, la chaussure a été entièrement reconçue pour les femmes. Et entre chaque essai, des tests de fitting pour garantir le “bien chaussé” sont réalisés afin de proposer LA chaussure de football.

Frédéric

 
 
 

Comment parcourir ce webdoc ?

2 faces à découvrir grâce au bandeau sur le côté.

Instructions
 

HAUT DE PAGE