Gary Marigard "La reconversion après le football, il faut la préparer le plus tôt possible."

Préparer sa reconversion après une carrière de footballeur n’est jamais une étape évidente. Nous avons rencontré Gary Marigard, footballeur semi-professionnel ayant côtoyé la Ligue 2, en pleine préparation du nouveau chapitre de sa carrière…

CLR

Bonjour Gary, tu peux te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Gary Marigard, j’ai 33 ans. Je suis actuellement joueur semi-professionnel et j’évolue à l’Olympique Grande-Synthe, en R1 au poste d’arrière droit.

Tu peux nous en dire plus sur ton parcours ?

J’ai quitté ma Guyane natale quand j’étais en 3ème pour suivre un parcours sport-études au SCO d’Angers. Ensuite, j’ai continué mon parcours sport-études au lycée en parallèle du centre de formation du SCO. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de signer pro là-bas.
C’est là que j’ai découvert le monde amateur à Wasquehal qui était à l’époque en National 2. Je suis resté 4 ans à Wasquehal, avant de signer à l’IC Croix toujours en CFA 2 (N3 actuelle), club avec lequel j’ai connu la montée en CFA (N2 actuelle).
Ensuite, direction Quevilly-Rouen métropole, en CFA. Avec le club on a connu 3 montées successives pour atteindre le Ligue 2. Malheureusement pour moi à ce moment, je me blesse au genou (ligaments croisés) à quelques mois de la fin de mon contrat.
Je suis retourné à l’IC Croix en N2 et avant d'atterrir à Grande-Synthe.

L’école c’est très important ! Le foot ça ne dure qu’un temps. Aujourd’hui, à 33 ans, je prépare ma reconversion, alors que si j’avais anticipé mon après-carrière serait déjà tout tracé.

Tu as un conseil à donner aux plus jeunes, qui veulent percer ?

Des Mbappé, Neymar, Ronaldo, il y en a qu’un par génération. C’est important de tout faire pour atteindre son rêve, mais si j’ai un message à passer aux plus jeunes, c’est de ne surtout pas négliger les études. L’école c’est très important ! Le foot ça ne dure qu’un temps. Aujourd’hui, à 33 ans, je prépare ma reconversion, alors que si j’avais anticipé mon après-carrière serait déjà tout tracé.

Tu peux nous en dire plus sur la préparation de ta reconversion après le foot ?

Je me suis arrêté au BAC étant plus jeune. Actuellement je passe le BEF (Brevet d’Entraîneur de Football) qui me donnera un niveau BAC +2 et me permettra d’entraîner une équipe senior jusqu’au niveau R1. En parallèle, je passe aussi le DUGOS (Diplôme Universitaire de Gestion des Organisations Sportives), avec lequel tu peux être coordinateur sportif ou directeur sportif d’une structure par exemple.
J’ai l’ambition de continuer vers le DESJEPS (Diplôme d’Etat Supérieur) mention football. Ce diplôme permet d’entraîner des équipes jusqu'en National 2.
L’année prochaine je passerai une licence pro des organisations sportives. Mon ambition à terme est de travailler à la fédération ou en district en tant que conseiller technique. J’ai envie de rester dans le monde du foot pour transmettre tout ce que ce sport m’a apporté.

Tu peux nous faire un récapitulatif sur les différents diplômes et sur les niveaux auxquels ils permettent d’entraîner ?

Il y a le BMF (Brevet de Moniteur de Football) pour exercer au niveau départemental. Comme je l’ai dit, il y a le BEF (Brevet d’Entraîneur de Football), qui te permet d’entraîner une équipe senior jusqu’en R1. Ensuite, il y a le DESJEPS (Diplôme d’Etat Supérieur) mention football avec lequel tu peux entraîner des équipes jusqu'en National 2. Et le BEPF (Brevet d'entraîneur professionnel de Football), qui permet d’entraîner des équipes professionnelles, en ligue 1, ligue 2 et National.
De son côté le BEFF (Brevet d’Entraîneur Formateur de Football) permet d’être directeur d’un centre de formation par exemple.

Avec ces diplômes on peut aussi entraîner à l’étranger ?

Il y a des équivalences avec le BEF, qui est une licence A UEFA, je peux entraîner seulement jusqu’en R1 en France mais jusqu’en 3eme division en Belgique par exemple. Le BEPF correspond à une licence A professionnelle au niveau européen, donc avec ce diplôme tu peux entraîner des clubs pros à l’étranger.

On fait comment pour s’inscrire ?

Il faut aller sur le site de la fédération. Après il y a des prérequis en fonction des différents diplômes. Par exemple, comme j’ai joué plus de 100 matchs en National, N1 et N2, j’ai eu accès directement au BEF, sinon j’aurais dû passer par le BMF.

J’aimerais commencer par entraîner des jeunes et ensuite mon but ultime serait de travailler à la ligue

C’est quoi la suite pour toi ?

Je pense encore continuer à jouer pendant deux ans. Puis j’aimerais commencer par entraîner des jeunes et ensuite mon but ultime serait de travailler à la ligue.

Ton passé de footballeur t’aide pour passer les diplômes ?

Oui, ma sensibilité de footballeur m’aide beaucoup. Je vois maintenant mes entraînements autrement, j’arrive mieux à identifier pourquoi mes coachs me faisaient faire tel ou tel exercice.

Si c’était à refaire, tu passerais tes diplômes plus tôt ?

C’est sûr, je pense que ça m’aurait aidé à être un meilleur joueur et ça m’aurait permis d’aborder plus sereinement ma reconversion.

Quel est ton plus grand regret et ta plus grande fierté en tant que footballeur ?

On va commencer par le malheur (rires) ! Ma blessure évidemment, que j’ai eue au mauvais moment. C’est toujours difficile, mais bon c’est la vie, c’était mon destin.
Ma plus grande fierté est d’avoir été jusqu’au bout de mon rêve, j’ai signé professionnel à 29 ans, je n'ai jamais rien lâché. J’ai connu des sélections en équipe de France universitaire, j’ai joué les Jeux Olympiques universitaires à Belgrade, c’était une super experience. Les montées successives de National 1 à Ligue 2 m’ont aussi procuré beaucoup d'émotions. Et ce n'est pas fini, puisque je vais disputer les qualifications pour le Gold Cup avec la Guyane cet été.

C’est quoi le Gold Cup ? Quelles sélections allez-vous affronter ?

On joue tous les deux ans, ça se passe en Amérique (cette année à Miami). C’est comme la Copa America mais pour l’Amérique du nord et du centre. On a la chance de jouer les qualifications en espérant se qualifier.
Le premier match sera contre Cuba et si on gagne on jouera Trinidad-et-Tobago pour la qualification finale. Le tournoi se déroulera dans la foulée entre mi-juin et mi-juillet.